Hautes études

La formation se décline en cycles annuels, dont le thème nourrit une question d'actualité. Les auditeurs sont également mis en situation d'acteurs et travaillent à des pistes pour mieux habiter, construire et trouver les ressources physiques et financières nécessaires. Leurs idées et écrits ont pour vocation d’alimenter le débat public et les réflexions de responsables politiques. Un voyage d’études est organisé pour comparer, s'inspirer, apprendre.

Les Ateliers de l’Institut bénéficie du soutien d’

Les sessions

Le cycle annuel des Ateliers de l'Institut propose 9 sessions de 2 jours, de septembre à juin, un voyage d'études de 3 jours, des conférences, des rencontres, visites et travaux collectifs. Chaque année, un thème permet de répondre à toutes les questions sur le logement et l'habitat, sous tous les angles. Les intervenants, enseignants, chercheurs ou professionnels, sociologues, urbanistes, politistes, économistes, architectes, juristes, ingénieurs ou géographes, mettent en débat leurs points de vue, aussi experts que critiques.

Le voyage d'études

Aller voir ailleurs, pour apprendre, comprendre, se confronter, partager et remettre en question nos habitudes et nos idées. Le voyage d'études des Ateliers de l'Institut sert à tout cela et constitue un moment intense, avec 3 jours complets de formation faits de visites et de rencontres. Celles de nos hôtes, responsables politiques, acteurs locaux, professionnels ou habitants, de lieux nouveaux ou anciens, ordinaires ou insolites. Celles des auditeurs aussi, qui font connaissance et reviennent convaincu·e·s (et ravi·e·s) d'appartenir à une promotion.

Les ateliers

Les auditeurs sont aussi acteurs et actrices, curieux et enthousiastes à l'idée de pousser et de tester des idées taboues, singulières, iconoclastes ! Comment ne pas tirer parti de la richesse des profils, compétences et métiers réunis pour une année ? Une demi-journée de chaque session de formation est consacrée à un travail collectif en ateliers, pour tenter de faire souffler un vent nouveau en apportant des réponses théoriques et des solutions concrètes aux questions que posent le thème de l'année.

Programme 2023-24

Ça déménage dans nos logements !

En France, on déménage en moyenne 5 fois par vie. Nous changeons d’adresse et de statut d’occupation, hébergé, logé à titre-gracieux ou squatteur, locataire du parc privé, d'une HLM, propriétaire d’une résidence principale ou secondaire. Nous habitons seuls ou avec nos proches. Nous changeons de voisins, de territoires, d’intérieurs, de mobilier. Ces mouvements racontent nos modes de vie, notre statut social, nos revenus. Ils sont la conséquence du marché, de politiques publiques, de réglementations urbanistiques et d'habitudes. Le Cycle 2023-24 des Ateliers de l’Institut suit leur cours. Et pose une question toute simple. Après de multiples expériences, déménagements ou errances, peut-on finalement trouver un logement répondant à ses envies et besoins ?

La vie devant soi

Du berceau à la tombe, de déménagement en déménagement, de la campagne à la ville ou le contraire, en famille, seul, en couple ou seul à nouveau. Où et comment se déroulent nos vies d'habitants ?

En ménage ? Déménage ! Les Français font moins d’enfants, vivent de plus en plus vieux et seuls. Quels impacts ces évolutions démographiques ont-elles sur la demande de logements, leur taille, leur localisation et leur conception architecturale ? — Philippe Louchart, démographe, socio-économiste, Institut Paris Région

Négocier le virage (domiciliaire). Où habiterons-nous quand nous serons vieux ? Comment les politiques du logement prennent-elles en compte le vieillissement, la dépendance et la fin de vie ? — Lisa Pottier, designer, ALOGIA Groupe

Va, vis et deviens. Locataire du parc social puis privé, propriétaire de sa résidence principale voire secondaire, puis investisseur-bailleur. À qui ce “parcours résidentiel” est-il (encore) accessible ? Est-il seulement adapté aux modes de vie actuels ? — Anne Lambert, sociologue, INED

Courage, fuyons ! Séparations, mono-parentalité, chômage, conflits familiaux, violences intra-conjugales. On ne choisit pas toujours de quitter son logement. Comment sont accompagnés les publics vulnérables ou qui le deviennent ? — Laure Crépin, sociologue, Université Paris-Nanterre

Faut-il choisir entre Tanguy et Tatie Danielle ? L’habitat intergénérationnel, quelles vertus et quels défauts ? — Nathaël Torres, géographe, Récipro-Cité

Six feet under. Quelle place physique et symbolique la mort occupe-t-elle dans nos villes ? Faut-il la dissimuler ? Ou lui en donner autant, sinon plus qu’aux vivants ? — Frédéric Bertrand, architecte, Apur

Voyage à Bruxelles

Bruxelles est une ville culturelle et politique de premier plan, sans pour autant être la capitale affirmée d’un État puissant. Comment cela s’en ressent-il dans l’architecture, l’urbanisme et sa régulation ? Dans l’habitat, ses politiques locales et les apports de la société civile en la matière ? Jusque dans la vie quotidienne des habitants et leur ressenti ? Vu de la France, en quoi le cas bruxellois est-il singulier ? Les trois jours de visites et rencontres nous permettront de répondre à ces questions, dans une perspective résolument comparée.

Au programme :

Conférence sur le contexte démographique, urbanistique et politique de la région de Bruxelles-Capitale par Antoine Crahay, administrateur de CityTools, agence d'urbanisme et bureau d'ingénierie urbaine spécialisé dans les questions spatiales, sociales et environnementales ;

Présentation de l'histoire architecturale et urbanistique de Bruxelles et de l'ouvrage Brussels Housing par Gérald Ledent, professeur d'architecture au site bruxellois de l'Université Catholique de Louvain (UCLouvain) ;

Rencontre avec les représentants du Bouwmeester Maître Architecte (BMA) de Bruxelles, Kristiaan Borret et Frederik Serroen ;

Présentation par Pierre Lemaire, chargé de projet à Perspective Brussels, des missions de l'agence de planification stratégique et réglementaire du territoire bruxellois ;

Présentation du projet ZIN in No(o)rd et des travaux du cabinet d'architecture 51N4E par Dieter Leyssen, architecte associé, et Werner Joris, promoteur, Befimmo ;

Présentation des missions de développement économique, d'aménagement, des modèles de baux emphytéotiques et autres opérations foncières de Citydev Brussels par Benjamin Cadranel, administrateur général, et Aziza Ezzedgui, support au développement ;

Visite de la ville nouvelle de Louvain-La-Neuve, de ses quartiers résidentiels et universitaires avec Aurélien Jacob, historien de l'art, coordinateur et animateur au sein de l'Institut Culturel d'Architecture Wallonie-Bruxelles (ICA-WB) ;

Présentation de l'exposition “Réappropriations” sur les stratégies de réappropriation architecturale et urbanistique des territoires délaissés ou abîmés par Audrey Contesse, directrice de l'Institut Culturel d'Architecture Wallonie-Bruxelles (ICA-WB) ;

Rencontre avec Pierre Chabard, architecte et enseignant à l'ENSA Paris-La-Villette, Bernard Wittevrongel, architecte et enseignant à l'UCLouvain, Benoît Vandenbulcke, architecte à l’agence AgwA, Lionel Devlieger, architecte, historien et chef de projet chez Rotor, organisation spécialisée dans la récupération de matériaux, et Michel Dachelet, inspecteur général au sein du Département de l'Aménagement du Territoire et de l'Urbanisme de Wallonie ;

Présentation par Dimitri Berliner des missions et projets de Communa ASBL, association développant des projets d'urbanisme transitoire visant à héberger des personnes mal-logées ou non-logées à Bruxelles ;

Rencontre avec Julien Dijol, directeur des politiques publiques de Housing Europe, pour parler de l'état des politiques européennes du logement et des actions de lobbying menées par les associations de droit au logement ;

Visite de l'îlot Hollande-Angleterre avec les architectes de l'agence Vanden Eeckhoudt-Creyf, Laurence Creyf et Nicolas Vanden Eeckhoudt.

Mobile homes

La société, le droit, l'urbanisme ou le climat nous imposent-ils nos choix et lieux de résidence ? Peut-on habiter comme et là où on le souhaiterait ?

Sans adresse mais pas sans abri. Où peut-on habiter sans se fixer ? À quelles barrières réglementaires, urbanistiques et sociales l’habitat léger (mobil-homes, campings, tiny houses sans permis, cabanes) se heurte-t-il ? — Paul Lacoste, militant associatif, HALEM

Réinventer la roue. Comment la voiture a-t-elle changé nos habitats et modes de vie ? Que coûte-t-elle au paysage, à notre pouvoir d’achat et notre santé ? Peut-on s’en passer ? — Jean-Marc Stébé, sociologue, Université de Lorraine

Habiter l'exil. Les démographies des territoires sont recomposées par des flux politiques, économiques et climatiques contraints. En France, quelles sont aujourd’hui les conditions d'habitat des migrants ? — Camille Gardesse, sociologue, Université Paris-Est Créteil

Nomadland. Où et dans quelles conditions habitent les personnes sans domicile fixe ? État, collectivités, bailleurs sociaux, associations. Sur qui peuvent-ils (encore) compter ? — Manuel Domergue, directeur des études, Fondation Abbé Pierre

La vie (im)matérielle. Quelles fonctions entrent et sortent de nos logements selon les époques ? Est-on passé de l’encombrement à la frugalité ? Ou plutôt à un “âge de l’accès” et du “capitalisme sans capital” ? Est-ce bon pour la santé de la planète et la nôtre ? — Valérie Guillard, enseignante en sciences de gestion, Université Paris-Dauphine

Sauve-qui-peut ! Tremblements de terre, recul du trait de côte, inondations, glissements de terrain, incendies. Où ne pourra-t-on plus habiter demain ? — Éric Daniel-Lacombe, architecte, EDL, enseignant, ENSA Paris-La Villette

Suivez le mouvement !

Emploi et logement font-ils bon ménage ? Choisit-on d'habiter à proximité de son travail ? Ou plutôt d’en trouver un là où l'on habite ?

It’s a (mis)match ! Du travail mais pas de logement ou le contraire. Quelles sont les conséquences économiques et sociales de la déconnexion des politiques de l’emploi et du logement ? — Yannick L'Horty, économiste, CNRS, Université Gustave Eiffel

Ceux qui restent. En France, certains ménages ne quittent jamais leur lieu de vie. Est-ce dû à l’amour du pays ? À une assignation à résidence de ceux qui ne peuvent pas acheter ou plus vendre ? La mobilité résidentielle est-elle (redevenue) un luxe ? — Émilie Arnoult, chargée d'études, DARES - Ministère du Travail

Changer de pays tous les jours. Logé en France, payé en Suisse, en Allemagne ou au Luxembourg. Quels effets ont les migrations transfrontalières sur les marchés immobiliers résidentiels ? — Antoine Vielliard, ancien maire de Saint-Julien-en-Genevois et conseiller général de Haute-Savoie

Quand nos logements prennent congé. Comment le développement des locations touristiques exclut des habitants de leur bassin de vie ? — Matthieu Rouveyre, juriste, Université de Bordeaux, enseignant, IEP de Bordeaux, fondateur de l'Observatoire Airbnb

Sur la route. Hôtel, Airbnb, résidences, coloc, débrouille, véhicule. Comment sont logés (ou non) les travailleurs mobiles, saisonniers ou détachés ? — Arnaud Le Marchand, économiste, Université du Havre

L'exode, une légende urbain(e) ? La crise sanitaire et la pratique du télétravail ont-elles réellement modifié, et pour combien de temps, les choix résidentiels des Français ? Comment le numérique a-t-il changé notre rapport à la proximité géographique ? — Max Rousseau, géographe, CIRAD

Marchés sur la tête

Les marchés du logement sont-ils trop dérégulés ou administrés ? Répondent-ils aux besoins des ménages ? Comment objectivent-ils la valeur de nos logements ? Quelles inégalités (re)produisent-ils ?

Une pierre liquide ? Démembrements de propriété, co-investissement, circulation accélérée des capitaux. Quels effets produit la financiarisation sur la valeur du parc de logement et ses qualités ? — Xavier Lépine, entrepreneur, président, La Société des Nouveaux Propriétaires, Institut de l'Épargne Immobilière et Foncière (IEIF)

C’est quoi le bail ? Comment encourager le développement du parc locatif privé neuf et ancien sans plomber les finances publiques ni faire flamber les prix à l'achat ou les loyers ? — Julie Le Gallo, économiste, CESAER, Institut Agro Dijon ; Marie-Laure Breuillé, économiste, INRAE

Le sol, au cœur du logement ? La valeur d'un bien immobilier est-elle uniquement déterminée par la localisation de son terrain et ce que l’on peut construire dessus ? Comment éviter que ses propriétaires se croient assis sur un tas d’or ? — Alain Trannoy, économiste, EHESS, Aix-Marseille School of Economics ; Vincent Le Rouzic, directeur de projet, EpaMarne, EpaFrance

Montagnes russes. Pourquoi les prix immobiliers sont-ils de plus en plus inégaux selon les territoires ? Cette géographie "hérissée" est-elle un frein à la mobilité sociale et à l’emploi ? À qui les métropoles sont-elles inaccessibles ? — Rémi Lei, économiste, Université d'Avignon

Transmission grippée. Quelle part le logement représente-t-il aujourd’hui dans le patrimoine des ménages ? Son renchérissement recrée-t-il une société d’héritiers ? — Nicolas Frémeaux, économiste, Université Paris-Panthéon-Assas

Stop and go. Après des années de baisse, quel est l’effet produit par la hausse des taux d’intérêt sur les prix des logements et le pouvoir d’achat immobilier des ménages ? — Pierre Madec, économiste, OFCE - Sciences Po

Disruptions créatives

Transition écologique, innovations technologiques, crises économiques et aspirations citoyennes forcent-elles les acteurs du secteur et leurs pratiques professionnelles à s'adapter ou disparaître ?

Les majors en mode mineur ? Du béton au bois, des macro-lots aux surélévations, comment les entreprises de promotion et du BTP peuvent-elles travailler ensemble pour s’adapter aux exigences de la stratégie nationale bas-carbone, aux injonctions à la réhabilitation et à la RE 2020 ? - Christine Grèzes, directrice RSE et Innovation de Linkcity

Passage de témoins. De la commande publique à la commande privée, comment le rôle de l’architecte se déplace-t-il dans la chaîne de fabrication des logements ? Le changement de générations ouvre-t-il de nouvelles perspectives à leur pratique professionnelle ? - Jean Larnaudie, architecte fondateur et dirigeant de l'agence Scalène

Nouvel ÉLAN. Jadis bâtisseurs, les bailleurs sociaux sont-ils devenus de simples gestionnaires ? Peuvent-ils résister quand la loi les pousse à se diversifier ? Le modèle généraliste français est-il menacé ? - Frédéric Paul, ancien délégué général de l'Union Sociale pour l'Habitat

Regagner du terrain. Quel peut être le modèle économique des aménageurs quand leur matière première, le sol, disparaît ou se renchérit ? - Laurent Girometti, directeur général de l'Epa de Marne la Vallée

Logements en promotion ou au rabais ? Comment la promotion immobilière peut-elle négocier son virage vers le recyclage urbain, la transformation, la réhabilitation et préserver la qualité architecturale et d'usage des logements ? - Matthias Navarro, fondateur et co-président de Redman

Shift obligatoire. Les ingénieurs, à nouveau inventeurs ? Peut-on compter sur eux pour trouver les solutions de rénovation et d'innovation de demain ? - Guillaume Meunier, architecte et ingénieur, Institut français pour la performance du bâtiment.

Bouger les lignes, des bornes aux cloisons

Travaux de construction ou de rénovation des logements, usage des lieux, et rapport au voisinage repensé. Comment améliorer nos habitats, même à la marge ?

Mutations, transformations, hybridations. Mixité fonctionnelle, réversibilité et chronotopie des bâtiments peuvent-elles produire des habitats plus abordables et durables ?

Fragiles équilibres. Des communautés choisies (éco-quartiers, habitat participatif et coopératif, occupation temporaire) aux copropriétés classiques, comment mieux vivre avec ses voisins ? Est-ce d'abord une question d'investissement personnel, de moyens financiers ou de confiance ?

Dépasser ses limites. Construction de garage, de vérandas, extensions-surélévations, BIMBY dans le jardin. Pour des raisons écologiques et démographiques, notre droit de l’urbanisme doit-il faciliter la quête de m2 supplémentaires sur place et à tout prix ?

Cycles de vie(s). Comment l’habitat vieillit-il avec nous, et parfois avant nous, et devient inadapté à nos usages ? Comment le rénover et réutiliser les matériaux existants plutôt que tout démolir ?

Assembler le puzzle. Rapidité, précision d'exécution, conditions de travail sur les chantiers. La construction modulaire et la préfabrication peuvent-elles produire des logements plus abordables et de meilleure qualité ?

Reprendre (et redonner) place. Du logement à l’immeuble, de l’immeuble au quartier, comment rendre le cadre de vie plus agréable et respectueux de la vie humaine, animale et végétale ?

Aller voir ailleurs

Que pouvons-nous apprendre des modèles, pratiques et problèmes liés au logement dans d'autres pays ? Peuvent-ils faire bouger nos habitudes et certitudes ?

Occuper le nid vide. Du “négabilier” japonais à la “necrotecture” londonienne et aux “concrete safes” new yorkais, comment les logements peuvent-il rester vacants dans des territoires densément peuplés, très tendus et attractifs comme en déprise ?

Prendre son envol. Pourquoi les jeunes sont obligés de rester plus longtemps chez leurs parents en Europe du sud et partent plus facilement en Europe du nord ? Quel est le rôle des politiques publiques ? De la culture et des structures familiales ?

Ouvrir la (troisième) voie. L'habitat coopératif a-t-il un avenir en France ? Les modèles suisse, allemand, scandinave ou canadien y sont-ils transposables ?

Less is more. Parcelles converties en jardins potagers à Detroit, logements à un euro dans le Mezzogiorno, modèle de la “ville perforée” à Leipzig, subventions à l'installation dans les petites îles irlandaises et en Écosse. Shrinking cities et autres territoires en déprise peuvent-ils redevenir attractifs, ou à défaut accueillants, et offrir une meilleure qualité de vie ?

Le logement d’abord, l’intendance suit-elle ? Comment le modèle Housing First, d'abord développé dans les pays anglo-saxons et en Finlande, fonctionne-t-il ailleurs en Europe et en France ?

Beaux baux ou bobos ? Pourquoi et dans quels pays et territoires compte-t-on plus de locataires que de propriétaires accédants ou acquittés ? Où cette proportion est-elle en train de croître et pourquoi ? S'achemine-t-on vers un "tous propriétaires" partout dans le monde ?

Garder le cap ?

La panoplie de dispositifs déployés pour atteindre les ambitions économiques, sociales et écologiques de la politique du logement est-elle judicieuse ? Efficace ? Suffisante ?

Fixer le cap. L’État se désengage-t-il de la politique du logement ? Par qui sont et doivent être portés et financés les grands programmes nationaux (NPNRU, Action Cœur de Ville, lutte contre la précarité énergétique, lutte contre l’habitat indigne) ?

Avancer de concert. Les habitants sont trop souvent les premiers concernés et les derniers concertés. Comment faire la ville avec ceux qui sont déjà là ou qui vont arriver ?

Bien mélanger. La loi SRU a permis la construction de milliers de logements sociaux. A-t-elle réellement diminué la ségrégation spatiale ou produit-elle une mixité de façade ?

Éclairer la voie. Compte tenu de l’urgence sociale, climatique et de l’efficacité limitée de MaPrimeRénov’, comment organiser une ingénierie territoriale de la rénovation énergétique efficace et lisible ?

Différencier rime avec déconcentrer ou décentraliser ? Pinel breton, vente HLM, maîtrise du foncier, encadrement des loyers. Après la loi 3DS, comment les collectivités s’approprient et adaptent-elles les outils de la politique nationale ?

Face à l'effondrement. Comment prévenir la dégradation des copropriétés et soigner celles qui menacent ruine ? Les collectivités ont-elles les moyens de lutter contre l’habitat indigne ?

Ou virer de bord ?

Quand la boîte à outils n'est plus adaptée, comment la modifier ?

Des plans sur la comète ? PLH, PLU, PLUI, PLUIH, SCoT, chartes promoteurs. À quoi servent les documents d’urbanisme ? Mesurer, planifier, programmer ? Par qui doivent-ils être élaborés et surtout évalués ?

À contre-sens ? À l’heure où le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas reviennent sur leurs choix en matière de logements sociaux (vente HLM, production), pourquoi la France prend-elle le chemin inverse ?

Vers un logement abordable ou accessible ? Faut-il développer des politiques du logement ciblées vers des publics plus spécifiques ou revenir à une forme d’universalisme en massifiant le logement social ?

Un pognon de dingue ? À qui la politique du logement coûte-elle et à qui rapporte-t-elle ?

Prière de ne pas s’étaler. Le ZAN peut-il et va-t-il s’appliquer ? Avec quelles conséquences potentielles pour nos habitats ?

Maires engagés, maires dégagés ? L’immobilisme immobilier est-il une garantie de réélection ou le contraire ? Comment réconcilier durablement les Français avec l'acte de bâtir et de densifier ?

Archives

Programme 2022-23

Le logement en transition(s)

Programme 2021-22

Construire une nouvelle politique du logement