IDHEAL héberge également un lieu de formation, Les Ateliers de l'Institut. Son cycle annuel est ouvert aux professionnels de l’habitat et à tous ceux qui s'intéressent aux interactions entre le logement et le reste de la société. Ses conférences confrontent les visions analytiques et opérationnelles de chercheurs et acteurs, experts des mêmes sujets.

Programme 2022-23

Le logement en transition(s)

ANMA, Bassins à flot, Bordeaux ® Cyrille Weiner

Conférences

#2

L'OHV, Choisir son chez soi : ZAN et politiques locales de l'habitat
30 juin 2022
Jean-Philippe Le Gal, vice-président aux politiques contractuelles, à l'habitat et au logement de la communauté d'agglomération du Libournais (la Cali)
Anaïs Pitel, directrice du pôle aménagement et prospective territoriale de la communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Cécile Féré, chargée de mission Urbanisme, habitat, logement aménagement, rue des enfants au secrétariat général de la Ville de Lyon
Philippe Estèbe, Acadie
Jules Peter-Jan, Acadie
lire +

#3

L'OHV, Rentrer chez soi : l'articulation entre politiques de l'habitat et politiques des mobilités
17 mai 2022
Sylvain Simonet, chef de service Habitat social à la direction Habitat et logement de la communauté urbaine de Dunkerque
Artur-Jorge Bras, maire-adjoint à l'Habitat, à l'Urbanisme, au Logement, à la Rénovation Urbaine, à la Politique de la Ville, à la Mobilité et aux Transports à la Ville de Meaux
Arnaud Passalacqua, professeur à l'Ecole d'Urbanisme de Paris et co-président de l'Observatoire des villes du transport gratuit
Xavier Desjardins, Acadie
Jules Peter-Jan, Acadie
lire +
+ lire la suite

« Construire où ? Pas ! », Toan Vu-Huu, Baldinger·Vu-Huu, AHA, 2022

Étude Territoires de la (non-) production

Où construit-on des logements en France ? Et peut-on mesurer le « ruissellement » de chaque mètre carré construit à ses effets sur le développement urbain, l’artificialisation des sols, les recettes fiscales locales, les prix et finalement, l’essentiel, l’accès des ménages à un toit ? L’étude menée pour IDHEAL-recherche par Alexandre Coulondre et Vincent Lasserre, a pour ambition d’approcher ces phénomènes au plus près. Cette étude présente un intérêt majeur et inédit. Par une triple approche quantitative (combien de logements produits ?), qualitative (comment sont-ils produits ?) et géographique (où sont produits les logements ?), elle permet d’accéder à une géographie fine de la production des logements en raisonnant à l’échelle des intercommunalités, plutôt qu’en considérant des moyennes nationales ou même régionales.

Auteur: Alexandre Coulondre & Vincent Lasserre-Bigorry | 25 octobre 2022

Manifestants devant l'Hôtel de ville de Poitiers

Recherche Atelier-Etudiants ZAN : objectif hors-sol ? Le cas du Grand Poitiers

Un cas d’étude dans l’un des premiers territoires de sobriété foncière, soumis à une demande de logements et de développement soutenue et gouvernée par une équipe écologiste, nouvellement élue, déterminée à économiser les ressources, foncières en particulier.

Auteur: Étude réalisée par les étudiants du M2 « Politiques Urbaines et Gouvernance des Territoires » de l’Université Paris Dauphine-PSL (Amélie Agnel, Anna Blouet, Mehdi Bouzemarene, Benjamin Dutus, Apolline Helloco, Joséphine Hutchison et Emma Neltner – encadrés par Francois Cusin et Marie Piganiol) en partenariat avec IDHEAL | 29 septembre 2022

Une densité nommée DESIR

Étude Une densité nommée D.E.S.I.R

La densité suscite-t-elle envie ou rejet ? Nous parions sur le premier, c'est pourquoi nous initions une étude autour de la densité résidentielle, sous toutes ses facettes que nous avons nommée DESIR. Une Densité Eprouvée, Souhaitée, Imaginée, ou Redoutée à travers le regard neuf et critique de futur.e.s politistes, urbanistes, architectes, ingénieur.es, géographes et économistes.

IDHEAL-Recherche mobilise pour l'année universitaire 2022 - 2023 une série d'ateliers étudiants de M1 et M2, dans différentes universités, qui travailleront chacun cette notion, selon leurs disciplines, sur des terrains particuliers. Ce corpus d’études ne vise pas à se positionner pour ou contre la densité résidentielle ou à considérer que la densification serait un instrument allant de soi dans le contexte d’impératif de sobriété foncière. Il vise à analyser les choix et l'efficacité de différents mécanismes de politiques publics ou de pratiques de marché en prenant en compte l’ensemble des enjeux de l’aménagement. Non seulement la forme urbaine, mais aussi la préservation de la biodiversité, la production d’une offre de logements abordables, la tension politique et de voisinage que ce sujet peut engendrer…
Les résultats de l'étude seront disponibles et publiés à l'été 2023.

En attendant, pour en savoir plus sur le corpus et les ateliers :

L'Observatoire de l'Habitat dans les Villes - L'OHV

Étude L'OHV, Observatoire de l'Habitat dans les Villes, édition n°1

Voici l'OHV, l'Observatoire de l'Habitat dans les Villes. Il s'agit de la première édition d'un observatoire d'une France habitée différemment selon ses territoires. Dans 21 villes représentatives d'une situation urbaine particulière et dans lesquelles les politiques mises en oeuvre n'aboutissent pas toutes et pas toujours aux mêmes résultats. Quoi d'étonnant ? De Rennes à Nevers en passant par Meaux, les Sables d'Olonne ou Pontarlier, peut-on vraiment comparer des moyennes de production de logement, d'artificialisation des sols ou de mobilité ?

Doit-on alors parler d'UNE politique du logement, ou DE politiqueS de l'habitat ? Ce nouvel outil d'analyse développé par Acadie et Jean-Claude Driant qui convoque de nombreux indicateurs (stock de logement, niveau de production, mal logement, taux de pauvreté, mobilité, indice de métropolisation, etc.) a pour ambition, au fil des éditions, d'approcher au plus près les situations du logement et de l'habitat dans des contextes géographiques, socio-économiques, historiques et politiques qui varient du tout au tout. En arrière-plan, ces constats territorialisés interrogent l'efficacité des politiques publiques nationales et/ou locales et leur capacité à garantir, à chaque citoyen, sa liberté de choix d'habitant.

Auteur: Acadie-Jean-Claude Driant | 26 janvier 2022

Le secteur de l'hébergement en cercles concentriques

Étude Héberger, c'est loger ? Aux frontières du logement ordinaire

Cette nouvelle étude résonne avec l’actualité et une situation structurellement difficile en France, l’hébergement. Au sens strict, il concerne, les personnes sans domicile et les demandeurs d’asile. Au sens large, il s’adresse à une population beaucoup plus nombreuse : jeunes, personnes âgées, en famille ou seules, en situation de dépendance ou de de handicap. Le sociologue Julien Damon passe en revue les populations concernées, les structures d’accueil, les acteurs et dresse le panorama d’un secteur pesant pour 2% du PIB et 3% des emplois, dont l’émiettement nuit à son efficacité. Il explique aussi qu’au fil du temps, l’hébergement (sauf le droit d’asile) a été progressivement pris en charge par la politique du logement et notamment par les bailleurs sociaux. L’offre d’hébergement pour les défavorisés équivalait à 1 % de l’offre HLM en 1990, à 5 % aujourd’hui et à 10 % avec le logement accompagné. Avec l’ensemble du secteur médico-social, les personnes hébergées occupent ainsi 20 % du parc HLM au total. Cette étude est soutenue par IDHEAL et la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), la Fédération des entreprises sociales pour l’habitat (ESH), Logétude, et l’Organisme commun des institutions de rente et de prévoyance (OCIRP).

Auteur: Julien Damon | 9 novembre 2021
+ lire la suite
8 novembre 2022
CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES ARCHITECTES

Les territoires de la (non-)production de logements en France

L'institut IDHEAL a commandé à deux chercheurs une étude qui révèle la géographie de la construction (et de la non-construction) de logements en France, et met en lumière l'extrême concentration de la production. Cette étude éclaire les dynamiques territoriales du logement et le rôle des politiques publiques.

Où construit-on des logements en France ? Peut-on mesurer le « ruissellement » de chaque mètre carré construit à ses effets sur le développement urbain, l’artificialisation des sols, les recettes fiscales locales, les prix et finalement, l’essentiel, l’accès des ménages à un toit ? Dans cette nouvelle étude pour IDHEAL, Alexandre Coulondre (consultant indépendant et chercheur associé au LATTS - Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés) et Vincent Lasserre-Bigorry (consultant indépendant et chercheur associé au LVMT - Laboratoire Villes, Mobilités, Transports) livrent une géographie de la production des logements à l’échelle des intercommunalités en France métropolitaine. Ils définissent des modèles de production à partir de 3 facteurs : l’intensité de la construction, c’est-à-dire le nombre de logements produits rapporté au stock ; la présence de professionnels de la production de logements, promoteurs immobiliers ou lotisseurs ; la production de logements sociaux, rapportée à l’ensemble des logements produits.

27 octobre 2022
CADRE DE VILLE Rémi Cambau

Logement : la construction se concentre dans un tiers des intercommunalités

Plus encore, 53% de la production résidentielle se concentre dans 109 EPCI sur 1 261. La dernière étude de l'Institut Idheal propose une image très contrastée de la construction de logements : un tiers des intercommunalités françaises peuvent être considérées comme "bâtisseuses", affichant une forte intensité de construction. En revanche, pour 15% "modérées", elles sont 53% "en retrait". L'étalement urbain ressort également de cette étude, comme un phénomène minoritaire, important mais très dispersé.

28 octobre 2022
AEF INFO ARNAUD PAILLARD

Le ZAN à l’épreuve du réel, avec le cas du Grand Poitiers

IDHEAL a présenté mardi 25 octobre une étude réalisée par des étudiants de master de l’université Paris Dauphine sur la mise en application de la politique du zéro artificialisation nette au sein du territoire du Grand Poitiers. Entre exacerbation de la spéculation immobilière et foncière, difficulté à bâtir des logements sociaux et rejet de construction neuve...

27 octobre 2022
LE JOURNAL DU GRAND PARIS

Logement : en attendant le choc d'offre

L’Institut des Hautes Etudes pour l’Action dans le Logement (IDHEAL) décrit, dans une étude qui vient de paraître, les déséquilibres spatiaux de la production de logements en France.

Ainsi, 60 % des communes de France ont produit au cours de la dernière décennie (2010-2020) moins de quatre logements par an ; à l’inverse 40 % des logements ont été produits dans seulement 1 % des communes, c’est-à-dire plus de la moitié de la production dans une centaine d’intercommunalités ; construction ne rime pas systématiquement avec artificialisation : certaines familles de territoires, comme les intercommunalités du périurbain, artificialisent de moins grandes surfaces pour le même nombre de logements…

27 octobre 2022
BUSINESS IMMO

IDHEAL dessine les pistes d’une géographie renouvelée de la politique du logement

Où construit-on des logements en France ? Et peut-on mesurer le ruissellement de chaque mètre carré construit, à ses effets sur le développement urbain, l’artificialisation des sols, les recettes fiscales locales, les prix et finalement, l’essentiel, l’accès des ménages à un toit ? Tel était l’objet de l’étude menée Alexandre Coulondre et Vincent Lasserre, pour l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement (IDHEAL), à travers une approche quantitative, qualitative et géographique, qui permet de raisonner à l’échelle des intercommunalités plutôt qu’en considérant des moyennes nationales ou même régionales.

Cette étude « permet de disposer d’une vision territoriale très fine des dynamiques productives et de leurs variations selon les contextes locaux, travail qui n’avait pas été mené jusque-là », apprécie Jean-Claude Driant, professeur à l’École d’urbanisme de Paris et membre du comité d’orientation d'IDHEAL. Elle dessine ainsi les pistes d’une géographie renouvelée de la politique du logement et interroge aussi sur les logiques de production, alors que les projections démographiques montrent que les besoins, comptabilisés en termes de ménages supplémentaires à loger (compte tenu du solde migratoire, naturel et des décohabitations), vont en diminuant. « Les perspectives ouvertes par cette étude sont nombreuses et devraient réjouir d’avance l’ensemble du monde du logement et de l’habitat », analyse Pierre Madec, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) de Sciences Po, également membre du comité d’orientation d'IDHEAL.

La construction de logements neufs a varié en France de 305 000 à 380 000 unités au cours de la dernière décennie. Trop ? Pas assez ? L’étude ne cherche pas à savoir si ce volume moyen de 336 000 logements annuels est suffisant, mais à déterminer dans quels types de territoires ces maisons et appartements ont été bâtis. Ainsi, entre 2010 et 2019, 40 % de la construction était concentrée dans 1 % des communes. En parallèle, 60 % des communes n’ont construit aucun ou qu’un seul logement en moyenne par an au cours des dix dernières années.

Se distinguent alors, selon les auteurs de l’étude, les « bâtisseurs », les « modérés » et les « en retrait », qui donnent une image inédite de la production résidentielle répartie entre 1 261 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Une image plus fine et précise que le zonage ABC, répartissant les communes entre tendues ou détendues et dont on ne connaît pas la méthode d’élaboration, expliquent-ils.

Les bâtisseurs forment un groupe de 401 intercommunalités (32 %), au sein desquelles la production de nouveaux logements est très intense alors même que le stock de logements est souvent déjà très important. Les modérés (201 intercommunalités, 15 %) présentent des situations contrastées : le logement social tire la production de logements vers le haut. Enfin, dans les territoires en retrait (659 intercommunalités, 53 %), il ne se construit quasiment rien relativement aux autres catégories.

Autres conclusions : les modèles locaux de production du logement dépassent les distinctions « urbain/rural » et « marché tendu/détendu », qui fondent pourtant une partie de la politique du logement ; construction ne rime pas systématiquement avec artificialisation ; construction n’est pas toujours attraction ; le zonage ABC, support des dispositifs d’incitation à l’investissement par la défiscalisation, est partiellement découplé des dynamiques de la production. Reste à savoir s’il faut renforcer ou soutenir, rattraper ou encourager…

« La question est clairement posée de savoir si les zonages sont encore efficaces pour produire des logements là où se trouvent les besoins, donc pour intensifier la production, ou s’ils servent à orienter la production dans des zones jugées déficitaires », s’interroge le think tank.

+ lire la suite

Institut Des Hautes Études pour l'Action dans le Logement Moins d'idéologie, plus d'idées au logis ! Institut Des Hautes Études pour l'Action dans le Logement Moins d'idéologie, plus d'idées au logis !